Spécial COVID-19 – Bilan des embauches et des congédiements – mai 2021

Pendant que les campagnes de vaccination se poursuivent au pays, la troisième vague a fait des ravages et a obligé certains gouvernements provinciaux à fermer des commerces et des entreprises. Quel a été l’effet de ces mesures sur l’emploi?

Les données de la plus récente Enquête sur la population active (EPA) de Statistique Canada sont claires : le resserrement des mesures sanitaires en avril a fait augmenter le chômage au pays. En effet, l’EPA d’avril a révélé une augmentation de 0,6 point de pourcentage du taux de chômage canadien, qui a atteint 8,1 %. En tout, 207 000 emplois ont été perdus. C’est en Ontario (-153 000) et en Colombie-Britannique (-43 000) où on a enregistré les plus importantes pertes d’emploi.

Cela dit, au Québec, le taux de chômage est passé de 6,4 % à 6,6 %, une légère hausse de 0,2 point de pourcentage. Il a aussi augmenté en Saskatchewan (+1,7 %) et au Nouveau-Brunswick (+1,1 %).

Des secteurs qui chancellent

À noter que sur les 207 000 pertes d’emploi enregistrées au pays, presque la moitié a touché les jeunes de 15 à 24 ans. La raison est simple : les mesures sanitaires ont encore affecté les secteurs où ils sont le plus présents, soit ceux du commerce de détail (-84 000), des services d’hébergement et de restauration (-59 000) ainsi que de l’information, de la culture et des loisirs (-26 000).

 

Des entreprises ont également connu un mois d’avril difficile. C’est le cas du géant américain Stanley Black & Decker, qui a fermé son usine de fabrication de meules abrasives à Saint-Hyacinthe, au Québec. Une partie des 200 employés ont ainsi perdu leur emploi.

 

Des secteurs qui embauchent

Le mois d’avril a par ailleurs eu sa part de bonnes nouvelles. L’emploi a notamment augmenté dans les administrations publiques (+15 000) ainsi que dans les services professionnels, scientifiques et techniques (+15 000).

Le gouvernement canadien s’est aussi efforcé de créer des emplois d’été pour les jeunes âgés de 15 à 30 ans. Ainsi, plus de 150 000 postes sont à pouvoir. Divers domaines sont concernés, dont l’industrie alimentaire, les sports de récréation, le marketing, les relations publiques, le paysagisme et le travail agricole.

Ce n’est pas tout : d’autres secteurs embauchent en grand. C’est le cas de l’industrie manufacturière, notamment, qui vit une pénurie de main-d’œuvre importante. En avril, on apprenait que les entreprises de la Mauricie et du Centre-du-Québec devraient embaucher près de 900 employés dans les prochaines années pour maintenir leurs activités. Des postes de soudeurs et de machinistes sont entre autres affichés.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#